Le scooter, c'est la meilleure réponse à notre besoin de découvertes de Bali, tant que nous roulons dans les rizières. Une fois sur les grandes routes surchargées et polluées ou dans les caillaisses en pleine forêt, c'est une autre vérité... Le problème est que nous avons compris trop tard que notre sens de l'orientation était relativement nul et que celui des balinais était dissimulé sous de fausses indications... Quand ils ne savent pas, ils inventent -pour ne pas nous décevoir peut-être, et toujours avec le sourire !

Contemplations

De ces deux journées d'escapade autour d'Ubud, nous restons marqués par le temple Tirta Empul d'où la source du même nom jaillit en son sein. Ici, des familles entières se baignent habillés, les visages illuminés par ce privilège. Arrivant les bras chargés d'offrandes (des feuilles de bananiers pliées et ornées de fleurs, de riz et d'encens), elles repartent avec des jerricans de cette eau, recouverte de pétales de fleurs, aux multiples pouvoirs. Lire la joie sur leurs visages est un moment si fort qu'il paraît presque indécent d'être là, à les observer.

Tirta Empul - Bali

Vêtus d'un sari comme pour chaque visite de temple, nous enchaînons avec le site de Gunung Kawi avec ses imposantes statues directement taillées dans la falaise. L'accueil du site est trop et mal marketé, ce qui a pour effet de calmer notre enthousiasme... Malheureusement, l'organisation de certains sites comme celui-ci nous éloigne trop de l'authenticité que l'on espère y trouver. Sans doute la raison du succès de l'île. C'est aussi pour cela que nous avions choisi de débuter notre périple indonésien par Bali...

Simplement merveilleux se dit : Jatiluwith

Rizières de Jatilawith - Bali

Notre seconde journée en scooter nous mène sur des sites moins fréquentés, un peu moins faciles d'accès aussi. Les rizières de Jatiluwith, nom qui se traduit par « simplement merveilleux » nous donnent tout ce que nous souhaitions découvrir à Bali. Nous nous promenons à travers ces rizières en terrasses centenaires et allons -pour ma part, timidement- à la rencontre des balinais qui y travaillent tout en piapiatant gaiement et en nous accueillant avec le sourire. L'occasion d'y apprendre quelques rudiments de la langue et de travailler la prononciation du « Selamat siang » (bonjour). Après ces 18 km de rizières, nous rentrons dans un cul-de-sac pour rejoindre le temple de Luhur Batukau. Il jaillit au milieu d'une forêt dense et c'est ce qui le rend si spectaculaire. Nous sommes presque seuls pour le visiter et nous savourons cet instant privilégié avant de reprendre la route avant 18h, heure où la nuit tombe.

Demain, nous partirons pour Padangbai, sur la côte est de Bali. Pour les idées reçues à vérifier sur place : il paraît que cette ville est plutôt cool, ambiance baroudeurs et belle plage. De là, nous prendrons mercredi, le ferry pour l'île de Gili Air où seuls les vélos et piétons sont autorisés.

Plus de photos et infos sur le site de Julien.