AccueilMoi-jeAilleurswwwSe culturifier

Strass&ballerines

15juin

L'Ecole des Fans


A l'heure de la reprise... au lundi qui présage une longue semaine de travail, il me reste du week-end un léger goût de nostalgie. Un goût doux-amer rappellant l'enfance et qui me renvoie aux spectacles annuels de l'école de musique et de danse.
Chaque année entre mes 7 ans et mes 16 ans (âge de la rébellion contre les cours de solfège et de la chauchemardante flûte à bec), j'ai subi avec horreur les représentations de fin d'année. Plantage en milieu de morceau, coloration intégrale rouge pivoine, grands moments de solitudes et pas encore de frange derrière laquelle tenter de se planquer. D'autres se reconnaîtront... Je pourrais créer un groupe sur facebook ?!

Ce qui change à 30 ans, c'est qu'on a vraiment choisi de faire le spectacle - de danse africaine cette fois.
Et même si ce samedi je me suis demandé ce qui m'avait pris d'accepter, si j'avais la peur panique d'oublier la chorégraphie, j'étais ravie de danser devant mon papa et mes amis, ravie de cette forte cohésion entre danseuses et du partage avec les musiciens !

1 heure avant : état plus que perplexe : aurais-je vraiment dû inviter mes amis ? Cela en vaut-il la peine ? Et si les heures de répet n'avaient servi qu'à faire quelque chose de finalement ennuyeux/moyen/etc ? Et si je me trompais ?

5 minutes après : la trentenaire frangée en faisait déjà des tonnes. Ha oui, t'as aimé ? Des heures de répet ? Pffff, tu rigoles, on a quasiment improvisé :-) Hum...

Cela faisait des années que je n'étais plus montée sur une scène. Et j'ai été boostée par la présence de mes proches (et du djembé un peu aussi).
Voir la fierté dans les yeux de son papa, le voir remuer en rythme à 70 ans, ca vous donne une force incroyable. Même à 30 ans. Enfin 31 (oui je n'ai pas encore l'habitude...). 

Il est bon de sentir une cohésion familiale/amicale autour d'un événement somme toute assez banal... avec un pouvoir magique : celui de faire la paix avec ces petits (mais costauds) traumatismes de l'enfance... avant de passer le relais un jour !
Allez, on donne une bonne note à tout le monde :-)

20nov.

Konnichiwa

Strasbourg va vivre à l'heure de la Japanweek, du samedi 22 au jeudi 27 novembre. Vous allez avoir l'occasion de travailler votre prononciation du Konnichiwa, salut japonais, mais surtout de vous initier à leur culture.

Musique, théâtre, danse, cérémonie du thé, calligraphie, origami, composition florale, expositions, conférences, démonstrations d'arts martiaux, manga, danse du sabre : les prochains jours promettent d'être chargés.

Grande amatrice de thé, je ne raterai pas la dégustation où ustensiles et conversation font partie intégrante de la cérémonie offerte aux invités. L’association Shôwakai propose dimanche, lundi et mardi à la CCI des sessions de 30 minutes pour initier gratuitement le public.

Les manifestations de la semaine japonaise sont gratuites, ouvertes à tous publics et se dérouleront dans divers lieux de la ville : médiathèque, salle de Bourse, CCI, place Broglie, pavillon Joséphine...

Début des festivités en musique et danse samedi, place Broglie, avec entre autres, les tambours enfammés de Nita : 22 joueurs de taïko enflammant les foules.

Pour commencer votre initiation aux danses rituelles japonaises, choisissez plutôt la danse en kimono, plus sûre que la danse du sabre ! Sayonara !

Le programme complet est disponible ici.

Blogs voyage