AccueilMoi-jeAilleurswwwSe culturifier

Strass&ballerines

07oct.

500 jours ensemble, en 1h30



On voudrait être elle.
Elle est fraîche, elle respire l'esprit et le bonheur.
La spiritualité et l'hédonisme.

Elle nous ferait croire que l'amour n'existe pas.
Que c'est un fardeau, une vraie dépendance dont il vaut mieux se libérer pour être heureux.
L'instant d'après elle nous convainc du contraire.
Que nous devons nous attacher aux signes du destin pour lâcher prise et s'abandonner à l'amour.


Dans "500 jours ensemble", en salle depuis le 30 septembre, Zooey Deschanel, est superbe.
Comme actrice, comme femme, comme amoureuse, comme briseuse de coeur.

Le film est tout sauf niais, il ressemble à la vraie vie avec sa beauté et ses fêlures.
Ode aux mauvais réflexes amoureux, aux évidences que l'on refuse, à la simplicité que l'on fuit.
Il nous sert aussi avec beaucoup d'humour une petite dose de clichés revisités, avec l'expédition en couple chez Ikéa et la location de film porno.

En 500 jours, on suit dans le désordre (amoureux) l'histoire de ce couple dont on sait dès les premières minutes qu'il finira par se séparer.
Entre l'héroïne qui a peur d'aimer et son amoureux transi, on laisse naviguer notre coeur entre les différents chauds-froids de leur relation.

On en ressort avec l'envie d'aimer tout en ayant le sentiment que l'amour est tel un tout petit filet d'air : difficile d'en saisir la brise pourtant vitale pour respirer.
Le tout est de croire... à la météo.

26mai

Je veux être une vip... à Strasbourg






Si je vous propose un after-work mêlant une petite coupe, des fringues à gogo et 30% de réduc sur les étiquettes...
Ca sent le plan Vip version New Look.

Alors, on se retrouve jeudi 28 mai à 20h pour fêter le premier anniversaire du magasin au centre commercial des Halles à Strasbourg.
100% VIP, 30% de réduc, ça le fait à 100% ;-)

Il suffit de cliquer ici et d'imprimer l'invitation pour shopper sans stresser pour son porte-monnaie !

Je ne manquerai pas de faire ma VIP avant de filer à Paris pour un week-end comprenant un hammam à Belleville et la découverte tant attendue de la boutique COS dans le Marais ! 100% girly :-)



ps : n'hésitez pas non plus à aller voir "Confessions d'une accro du shopping",
non seulement bien rythmé et léger, avec une actrice qui pétille, mais aussi idéal pour déculpabiliser et relativiser après un gros craquage shopping ! 

26nov.

Consommatrice et cinéphile fidèle


Une nouvelle petite carte va améliorer mon quotidien et rejoindre ma collection de cartes de fidélité -que je n'ose même plus compter de peur de tomber sur des doubles...

Prenez une cinéphile, gourmande de surcroît, qui profite de ses séances ciné pour gloutonner une petite douceur par ci par là et siroter un petit coca à l'occasion, tout en concluant ses soirées par un petit thé fumant (tout est petit quand on est gourmand, non ?).

Là non plus je n'ose pas comptabiliser le budget mensuel ciné et casse-croûtes achetés en catastrophe car trop à la bourre, sortie de boulot tardive et pas le temps, blablabla.

On sait bien que dans les salles obscures, les prix ne sont pas donnés mais mon assiduité et ma gourmandise vont être -un peu- récompensées et comme la carte est gratuite, ce sera toujours ça de pris...
Les points ainsi acquis pourront être échangés contre des places de ciné, des dvd, café, sandwich, salade, confiseries...
Plus on est gourmand et plus on est gâté... Dur de résister...

C'est énervant car ce sont toujours les plus gros qui s'en sortent le mieux, mais pourquoi lutter... ma petite carte UGC est adoptée par la grande famille des cartes de fidélité.
http://fidelite.ugc.eu

25nov.

Pour son public


Comment tu m'aimes ?
On vous a déjà demandé jusqu'où vous iriez par amour ?
Fred Cavayé répond à cette question dans le film "Pour Elle", avec Vincent Lindon et Diane Kruger.

Julien, prof de français, organise minutieusement l'évasion de son épouse Lisa, incarcérée pour meurtre suite à une erreur judiciaire. Il élabore un plan si parfait qu'on se demande où le réalisateur a puisé ses idées...

On s'amuse de sa recherche de faux papiers auprès des seuls"gangsters" connus : les revendeurs de cigarettes dans la rue. On trépigne sur sa chaise jusqu'à la dernière minute.

Et alors qu'on est bien calé dans notre fauteuil, une main dans le pop-corn, on se demande si on pourrait agir de façon si romanesque et héroïque par amour... On est parfois prête à tout notamment à se battre pour une jupe à la caisse, oui mais pour notre amoureux... serait-on amenée à transgresser la loi et à se ranger du coté des fugitifs ?

Pour son premier film, le réalisateur nous surprend par son souci du détail et son côté bad boy !
Il réfléchi déjà à son 2eme film, un thriller. Par amour pour son public ?

Pour Elle, sortie le 3/12/08.

18nov.

Happy baby blues

Dans la distribution du film Baby Blues, on retrouve en guest-star, une adorable chienne basset hound, nommée Esperanza. Mais aussi Karin Viard, proche de la quarantaine, partagée entre son désir d’évolution professionnelle et son désir de maternité -non partagé par son compagnon. 
Sa chienne incarnant alors un palliatif à l’enfant, est dorlotée, embrassée, câlinée, tout en bénéficiant d’une place privilégiée sur le canapé et de dégustations de bonbons avec sa maîtresse.
Petite anecdote : il paraîtrait que la chienne sentait très mauvais… un peu dur pour les bisous sur la truffe !

Les 2 personnages du couple, en proie à de gros doutes, consultent en secret, chacun de leur coté, une psy : Valérie Benguigui, parfaite. Mais il s’avère qu’ils ont décidé de consulter la même... La psy se retrouve alors dans une situation fort gênante et délicate amenant certains quiproquos.

Cette comédie romantico-parisienne avec une pointe d’humour british est aussi légère que pleine de charme. Certaines répliques resteront cultes « tu sous-estimes vraiment la pauvreté des rêves des femmes » et les spectateurs en couple auront bien des occasions de jeter des regards lourds et entendus à leur partenaire pour souligner certaines situations à fortes odeurs de vécu... avec et sans blues.

Baby Blues, de Diane Bertrand, avec Karin Viard, Stefano Accorsi et Jean-Marc Barr : sortie le 26 novembre 2008.

31oct.

A visiter !


Il m’a fallu attendre jusqu’à fin octobre pour connaitre mon vrai grand coup de cœur ciné 2008...
Je vous invite fortement à découvrir
"The Visitor",
grand prix du festival du film américain de Deauville, qui aborde le thème sensible de l’immigration.


Un professeur solitaire d’une soixantaine d’années mène une existence plate, routinière et sans saveur dans le Connecticut. Il aimerait être doué en musique et tente d’apprendre la piano mais sans succès.
Dans le cadre d’un séminaire professionnel à Manhattan, il se rend dans l’appartement qu’il possède et y trouve un jeune couple d’immigrés sans papiers -victimes d’une arnaque immobilière- occupant les lieux depuis 2 mois.
Et contre toute attente, touché par leur détresse, il les invite à rester. Il se lie d’amitié avec eux et apprend à jouer du djembé avec le jeune homme, syrien. Le professeur retrouve ce qu’il avait perdu : une joie de vivre, de l’entrain, des échanges et rencontre enfin la musique.

Mais alors que son nouvel ami se fait malencontreusement arrêter dans le métro et menacer d’expulsion, le professeur va décider de s’investir pour l’aider à rester aux Etats-Unis…

On est touché par les sentiments, exprimés tout en pudeur et retenue, et par les rencontres aussi inattendues que décisives.
On est révoltés par les lois qui vous arrachent à vos proches en ignorant votre vie.
Les acteurs jouent juste et sans exagération, avec subtilité et une belle humilité.

 

14oct.

Le flop ciné de la semaine : Vinyan

Une fois ne sera pas coutume, j'inaugure cette rubrique avec le film qu'il ne faut pas aller voir...
Vinyan retrace la quête desepérée d'un couple à la recherche de leur enfant perdu après le tsunami. Je me demandais si ce film vallait vraiment la peine de faire une chronique... Mais au moins, vous gagnerez 2h à ne pas y aller.
En sortant de la salle, m'est revenue en mémoire une des républiques cultes de "La Cité de la Peur", le film de Les Nuls : "Je n'écrirai rien sur ce film, c est une mer.. !". Sans vouloir aller jusque là, le film dont Emmanuelle Béart est l'actrice principale, est totalement grotesque. Et au cas où vous perdriez le fil, vous serez aidés par les effets spéciaux : quand il faut avoir peur, la camera tremble...

Par contre, je vous conseille Vicky Christina Barcelona, un bon Woody Allen avec Pénéloppe Cruz, Javier Bardem et Scarlett Johannson. Dans un décor barcelonais de carte postale, 2 américaines font la connaissance d'un beau peintre aux amours tourmentés. Le triangle amoureux du film se révèle plutôt être un quadrilatère... Equation bien compliquée dont la fin douce amère vous laissera songeur.