AccueilMoi-jeAilleurswwwSe culturifier

Strass&ballerines

12juil.

L'alibi culturel d’un parcours gourmand

Jusqu’au 18 juillet à Strasbourg, c’est Food Culture dans les rues !
On parfait sa culture gourmande en allant à la rencontre des richesses gastronomiques maliennes, italiennes et polonaises.




Donc pour la bonne cause de notre enrichissement calorique personnel, on prend plaisir à déambuler entre les places d’Austerlitz (investie par le Mali), Gutenberg (Pologne) et Kléber (Italie).

Ma curiosité intellectuelle m’a particulièrement menée vers la place d’Austerlitz pour
  • goûter le poulet yassa (totalement anti-dukan) 
  • comparer le jus de bissap et le jus de baobab 
  • acheter des mangues au prix fort 
  • me réapprovisionner en beurre de karité
  • admirer l’artisanat malien et ses colliers colorés  
  • découvrir la mini expo photo sur fond de musique traditionnelle
  • dénoter avec mon combishort noir au milieu des boubous colorés. 

Le Mali place d’Austerlitz, c’est aussi, en dehors des plaisirs culinaires, une ambiance dont il fait bon s’imprégner, des défilés en costumes traditionnels à encourager et un rythme sur lequel on se balance volontiers. Et on s’y rebalancera d’ailleurs mardi 13 juillet à l’occasion du concert gratuit des Gospels Kids à 18h30 suivi d’une soirée djembé à partir de 22h (le concert d’Amadou et Mariam du 17 juillet est annulé).

Ca sent enfin les vacances à Strasbourg :
  • le plan canicule est déclenché, 
  • le Jardin des Deux Rives se fait un cinéma de plein air les 20 et 21 juillet, 
  • Le Bassin Austerlitz (Rives Etoile) se met en fête, en eaux et en lumières tous les soirs -à partir de 22h30 en juillet et 22h00 en août, 
  • et les glaciers de la ville se frottent les mains. 
C'est alors que mon esprit divague vers mon prochain départ en vacances et me fait songer : 
  • à la composition de mon sac de survie : tongs, fouta, panama, bikini, 
  • à mes futurs menus équilibrés (barbecues et paniers de fruits) sciemment sabotés par les olives, la tapenade et les vins de pays 
  • à ma passion saisonnière (de 2 semaines par an) pour le marché 
  • aux siestes à rallonge au bord de la piscine, à côté des bouquins honteusement non ouverts 
  • à l’observation minutieuse des grains de sable à la plage, 
  • au ramassage de coquillages qui n’arriveront jamais jusqu’à Strasbourg. 
Et surtout aux 3 semaines qu'il me reste à patienter pour enfin m'aventurer dans les rochers des calanques…
Le temps de profiter du Mali à Strasbourg, de goûter la paëlla géante du dimanche 18 juillet, place Kléber, et d'avaler consciencieusement mes gélules oenobiol solaire pour faire illusion !


Pour les affamés de culture et de saveurs, plus d'infos sur www.culture-food.eu

09juin

Here comes the sun

Il y a le boulot pour lequel on fait 2x45 km de route par jour (mais qui en vaut la peine !), il y a la grisaille qui refuse de s'en aller, il y a ces jolies petites jupettes qui se languissent d'être étrennées et ces nouvelles lunettes de soleil à amortir...
Mais il y a aussi des éclaircies, des après-midi de grosses chaleurs et des chaises en terrasses... et si on décidait que c’était l’été ?
Les vacances : un état d’esprit auquel il suffit de croire.
Ca a marché lors de mon week-end parisien il y a deux semaines, alors ça doit aussi marcher à Strasbourg !



Pour ce cas pratique, prenons Paris et son urbanisme débordant. Mon week-end s'y était déroulé en se résumant strictement à ces quelques mots : vélib, parcs, brocante, mojitos, pique-nique, barbecue. J'en avais totalement oublié et évité la ville, les magasins (enfin presque), le métro et la foule. J'en suis rentrée vivifiée, avec la sensation d'avoir pris un grand "bol d'air pur" et me suis donc promise d'appliquer ce bon état d'esprit pour mes week-ends strasbourgeois à venir.



Engagements tenus le week-end dernier avec un bon quota de terrasses ensoleillées, apéros à rallonge et les pelouses sonores du festival Contre Temps.
Objectif : ne pas faiblir à l'approche des grandes vacances et d'un très proche futur week-end parisien.

Disciplinons-nous et prenons le temps de ne rien faire.
Nous suffiront : un carré d'herbe, un Cosmo ou autre lecture tout aussi réjouissante, quelques amis pour agrémenter le tout.
Au diable les "corvées" et bains de foule du week-end (seule entorse autorisée : filer chez COS dès l'ouverture prochaine à Strasbourg). 

Pourquoi ne pas faire un tour au Rheinfest du Jardin des Deux Rives ce week-end (du 11 au 13 juin) ?
Certes moins hype que les pelouses électro du Festival Contre Temps... mais propice aux déambulations, aux rencontres artistiques et gastronomiques populaires...
Tandis que knacks et breuvages maltés rosiront les joues de certains, d'autres se nourriront de musique classique samedi à 21h30 lors du concert de l'orchestre philarmonique donné gratuitement en plein air. 

Lundi, on profitera en dream team (copines et sushis) d'un petit bonus avec le second épisode de la cultissime émission "l'Amour est dans le Pré" sur M6 ! Soit-dit en passant, bien plus réjouissant que le film Sex & The City 2 récement sorti, tout juste agréable à regarder -on est quand même heureuses de retrouver Carrie, Samantha, Charlotte et Miranda- mais loin de la City et encore plus loin du Sex. Les héroïnes ont vieilli et se sont perdues dans leur quotidien de femmes mariées de 40 ans, bébé, libido en berne et ménopause en tête des sujets de discussion...

Allez, la légèreté, les vacances, l'été... avec de l'autopersuasion, on va y arriver ! Ce n'est pas parce que c'est mardi qu'on ne va pas encore se préparer au week-end. Rendez-vous demain soir, mercredi, place Kléber, de 18h à 19h30 pour valser, gratuitement, en plein air avec Gotan Project, excusez du peu.
Je ne suis pas la seule à avoir envie de croire en l'été !

20juil.

La saga de l'été

Si TF1 a sa saga de l'été, la trentenaire frangée a sa dispute "je teparleplus, jeveux plusjamaispartirenvacancesavectoi" annuelle, voire semestrielle quand elle part 2x en vacances dans l'année, voire carrément trimestrielle les bonnes années.

Pour l'avoir testé, je confirme que ça marche très bien avec, dans le top 3 et par ordre d'arrivée, le frère frangé, la belle-soeur frangée ou la copine frangée. Pour performer, préférez une personne de votre entourage proche, ça renforce les émotions.

Attention, les disputes avec un éventuel chéri ne sont pas comptabilisées. Il y a suffisamment d'entraînement dans l'année, donc pas vraiment de mérite l'été venu.

La faute aux modes de vie différents, aux années qui passent, aux malentendus qui s'installent ? Ce je ne sais quoi qui fait que chaque année, on l'attend. Ce moment où tout va exploser pour que tout se remette finalement en place. Comme si pour vivre ensemble, il fallait bousculer l'ordre établi.

Alors oui dans deux semaines, c'est reparti. Mais comme cette année on a pris une bonne avance au printemps, l'été vivra-t'il un nouveau scénario ?

Hummmm... multiplions les chances d'aboutir en montant une équipe de choc. Pas moins de 7 figurants cet été en liste pour une prise de têtes dans les règles. Et si l'inspiration ne vient pas, faîtes comme à la télé, prônez la légèreté : un menu controversé ou une activité annulée, seront amplement suffisants pour lancer l'intrigue.

Mais tout le monde sait bien qu'à la fin, tout finit bien et que l'année prochaine la saga reprendra.

02juil.

Ça sent le sud


Chaque année c'est pareil, l'été revient.
Le soleil avec. Parfois.
Et au retour du soleil, toujours la même évidence : le bien-être qui en découle est d'une force fulgurante.
La conclusion hâtive qui suit ne faiblit pas non plus d'une année à l'autre mais se renforce : je vivrais mieux dans le sud (?).

J'aurais l'impression :
- de passer moins de temps au bureau,
- de savourer davantage les coups de pédale sur mon vélo, 
- de rentabiliser mes shorts et spartiates,
- de ne pas me faire avoir car je mangerai des fruits qui sentent vraiment les fruits.

Le constat c'est (aussi) que là-bas, je ne saurais pas vraiment avec qui partager muscat, olives et tapenade.
Et surtout qu'en fait, j'ai "juste" besoin de vacances, qu'elles n'arrivent que dans un mois et que c'est trooooooop long !

C'est moi où l'année a été trèèèèèès dure ? Crise au bureau, crise chez les clients, pressions des résultats, un maximum de tensions exacerbées qui rejaillissent dans nos vies privées. C'est palpable.
Vite, 2 mois de break pour tout le monde avant que le tout explose...

A défaut d'apéro muscat / olives, en Alsace, on trinque avec un Gewurtztraminer vendanges tardives et des bretzels :-)
Et ce week-end, on se met justement à table pour le lancement de food culture, le festival des cultures et saveurs d'Europe.
Du 2 au 12 juillet, les pays européens font ripailles dans les rues de Strasbourg.
Italie (place du Temple Neuf), Bénélux (place du Château), Pologne (place de la Bourse) et Roumanie (place Gutenberg) régaleront les gourmands tandis qu'un banquet gaulois se tiendra place Broglie, place de la Gare et place du Marché (Neudorf) ce samedi pour les appétits de guerriers.

La trentenaire frangée s'exile à Paris ce week-end : fuite des tensions, avant-goût de vacances, recharge des batteries en famille, réassort de son dressing (merci la 2eme démarque) et libre improvisation. C'est les vacances !

29avr.

Je n'en ai pas fait le tour (de cou)

Circonstances du délit : New-York, avril 2009.

Des boutiques American Apparel partout.

Des prix nettement moins élevés qu'en France.

Une matière fine, légèrement transparente, des couleurs qui donnent des envies d'été. Un esprit bohème collant parfaitement à l'esprit bobo d'East Village...

Tout ça pour vous dire que je suis fall in love de la descendance directe de mon tour de cou Kookaï hivernal : son petit frère, le tour de cou estival d'American Apparel.
Baptisé à NY, il n'en est que plus attachant, il ne me quitte plus !!

On le trouve aussi dans les boutiques AA parisiennes et pour les provinciales comme moi, sur le net.

Je savais que j'aurais du en prendre plusieurs...

Et je vous dis à demain pour une autre trouvaille fashion new-yorkaise à copier en France... J'en trépigne d'avance !

 

Blogs voyage