Je repense aux films "Smoking" et "No Smoking" d'Alain Resnais, ou comment on suivait le destin de personnages selon qu'ils soient non fumeurs (No Smoking) ou fumeurs (Smoking : il y en a qui suivent !).

Je souris (béatement) en mon fort intérieur en imaginant 2 autres films : "With Dog" serait le premier.
"Without Dog", le second (original,non ?).
Car je viens encore de passer un week-end ou le contraste entre la vie "avec chien" et "sans chien" est saisissant.


Gentille nounou en CDD d'un bébé bouledogue anglais de 4 mois -et je ne me suis toujours pas remise de ma gagaïtude- j'ai passé mon temps à bavasser gaiement avec toutes les personnes croisées dans la rue et au parc. Qu'elles aient un chien ou pas.
Quand ça se prolonge dans le temps, ça donne des voisins qui se parlent tous les jours ou au moins qui se saluent. Surtout, on gagne un maximum de sourires en retour. Et quand le chien trottine avec un os en bouche, c'est le jackpot avec sourire immédiat garanti.

Passons sur les quelques donneurs de leçons, qu'on rencontre toujours pendant les sorties, avec leurs remarques sur la laisse obligatoire ou ceux qui se sentent investis d'une mission et attendent avec un suspense insoutenable de voir si vous allez ramasser ou pas...


Dans mon entourage proche, je pourrais citer 2 exemples de personnes isolées (à 20 ans ou à 60 ans, même combat) qui ont su retrouver du lien social grâce à leur chien.
Ballades en roller ou en forêt version jeune adulte ou version blablatages de quartier à la soixantaine.
Sans compter le potentiel drague énormément facilité, non limité en terme d'âge et non proportionnel à la taille du chien. Labrador ou bouledogue anglais, seule change la cible à atteindre (amateur de ballades en nature ou jeune urbain branché...).

Je suis 100% pour les personnes âgées qui parlent à leur chien dans la rue. Le sourire qu'elles arborent n'a pas de prix.

Enfin, tout ça, en attendant ma prochaine mission de dog sitting, c'était aussi -un peu- une excuse pour prolonger ma gagaïtude en vous montrant ces quelques photos... Car chez les photographes aussi, il y en a qui sont gaga...