Que fait la trentenaire frangée lorsqu'elle a besoin d'air/de passer le temps/de vacances/de rêver ?

Elle prend des risques. Elle va sur le site de ryanair, d'easyjet, de go voyages, de lastminute, de nouvelles frontières.
Elle remplit son panier avec un week-end prolongé à Madrid, une semaine en lastminute à Djerba, un vol sec pour l'Inde...
Elle s'enthousiasme. Recompte ses jours de congés.
Se résigne. Annule son panier.
Compte en banque et solde de congés font rarement ménage à 3 avec souhaits de vacances.



Passe-temps favori des journées trop grises, le (non)shopping voyages est un plaisir sans fin.
Trouver la destination à petit prix (aaaahhhh la semaine en Guadeloupe avec départ le 3/12 est à 523 euros seulement avec vol et hébergement), se documenter sur la destination, traîner sur les forums, commander un guide sur le net (budget autorisé), laisser vagabonder son imagination...

Et parfois, pendant que certains trentenaires masculins anonymes passent des commandes inachevées sur le site d'apple (abandonnées au stade "paiement") et d'autres trentenaires frangées anonymes garnissent des paniers abandonnées sur Placedestendances, Monshowroom ou Vente-privee, l'apprentie touriste frangée cède à l'appel du commerce touristique en ligne.

Prise à son propre jeu, elle capitule devant le web marchand et ses petites et dangereuses manipulations en ligne : un vol AR à 60 euros pour Rome, à 100 euros pour Venise, à 100 euros pour Istanbul... 


Voilà comment la trentenaire frangée va se retrouver ce week-end à Prague dans un hôtel au top pour 40 euros la nuit... en attendant Porto en décembre avec son vol AR à 12 euros... A moins que ce soit la Guadeloupe ? Ou l'Inde. Le Sénégal ? Et si c'était l'Angleterre ?