Il était une fois un billet sur les bonnes résolutions où la petite trentenaire à frange annonçait qu'elle allait positiver en 2009.

Quelques semaines plus tard sortait un film parfaitement dans cette mouvance : Yes Man.
Jim Carrey, pour échapper à son spleen, décidait de dire oui à tout... Il saisissait toutes les opportunités, même les plus incongrues, pour nous donner à voir un film gai et optimiste, avec un message simple : en se morfondant, on ne fait pas avancer le schmilblick.

Il était une fois donc, une attitude un peu nouvelle chez la trentenaire à frange... ou comment l'art de dire oui, de saisir les opportunités, de voir le verre à moitié plein la conduisit à réaliser chaque jour, que tout allait bien. Même si une rupture était passée par là...

Un beau matin, la trentenaire frangée s'entendit dire qu'elle avait l'air épanouie et se félicitait alors de la réussite de sa belle campagne d'autopersuasion.

L'esprit Yes Girl a performé.
A tel point que Copine frangée et Frère frangé pestent parfois contre ce trop plein d'optimisme !
Faudrait-il apprendre à doser ? Non merci, mieux vaut laisser le verre déborder et garder de la marge pour les jours moins gais.

Cas pratique :
Yes Girl a donc dit YES au journaliste de M6 -attiré par sa collection de cartes de fidélité- pour illustrer un reportage dans Capital.
Voilà comment il y a 10 jours, on me voyait à la télé, chez Kookaï, en session essayage de robes d'été... avec bien entendu, en "happy-end', le passage à la caisse, accompagnée de Copine frangée et de mes 25 cartes de fidélité (car quand on m'en propose une nouvelle, je ne peux que dire... yes....) !