AccueilMoi-jeAilleurswwwSe culturifier

Strass&ballerines

19avr. 2011

Festival à pédales

Ce billet a été rédigé dans le cadre du concours Figaro Madame, dont le thème était "Festival". Et c'est vous le jury ! Votez pour moi et je deviendrai peut-être rédactrice en chef d'un jour !
Votez ! Madame Figaro

Et si, pour être original, on parlait du Festival du film… de vélo ? Officiellement, le BFF : Bicycle Film Festival !
Je l'avoue, je suis très largement influencée par mon séjour à Amsterdam, où le vélo est plus qu'un art de vivre, une extension de soi-même.
En France aussi, avec l'avènement du vélo partagé, on le célèbre de plus en plus. Il se personnalise et devient über-tendance avec le fixie, le vélo à pignon fixe.

Haarlem Amsterdam

Lire la suite

15fév. 2011

Sphère culturelle

A Strasbourg, le Môle Seegmuller a toujours fait partie du paysage sans néanmoins avoir une utilité avérée depuis (au moins) les 25 dernières années où le bâtiment, laissé à l'abandon ne faisait que nourrir nos imaginaires et héberger sans doutes quelques squatteurs...

Vestige architectural, le bâtiment désaffecté de l'armement Seegmuller, témoin d'une autre époque, va donner lieu à une réhabilitation prochaine et à la création ambitieuse d'un quartier de culture et d'affaires comprenant notamment d'hôtels, restaurants, logements universitaires .

ososphere.jpg

Lire la suite

06juil. 2010

Pirogues

Parce qu'on a pas le même regard selon que l'on ait les pieds sur terre ou sur l'eau, il faut aller voir l'expo !
L'embarquement vers le Gabon, le Togo, le Bénin et le Sénégal a commencé depuis hier au restaurant l'Assiette du Vin !




16sept. 2009

Avec un K comme Kulture


Après avoir ingurgité 8 kilos de Glamour, Elle et Cosmo cet été, il était temps de rétablir un menu culturel plus varié.

C'est ainsi que le week-end dernier, je découvrais avec délice l'exposition "I haven't seen the place i've looked at", au syndicat potentiel.
De cette belle collaboration entre plusieurs artistes dans un ex-garage Citroën reconverti en salle d'exposition, j'ai particulièrement apprécié les photographies de Déborah Farnault, petit brin de femme charmante et pétillante.
Ex-diplômée de l'ESAD de Strasbourg, elle vit aujourd'hui aux Etats-Unis -qui lui fournissent largement de quoi alimenter sa créativité. Plutôt que de photographier de façon didactique l'événement principal, elle en photographie les spectateurs et nous laisse quelques indices pour un jeu de piste visuel.

Et comme la faim vient en mangeant, cette belle rencontre me remet sur les rails d'un régime dissocié à base de photos.

Au menu du week-end prochain, ce sera la galerie Stimultania pour l'exposition si prometteuse de Georges Pacheco, photographe et psychologue : "Le regard des aveugles". Il nous livre ses autoportraits au fond noir avec une forte dose de sourires aux dents blanches.

Enfin, la cerise sur la gâteau, c'est Projet-K, le projet artistique monté par des amis.
Plasticienne, réalisateur multimédia, photographe et musiciens électro-rock marient leurs talents pour nous concocter un succulent cabinet de curiosités imaginaires, servi à Paris en novembre, à l'occasion de MAC 2000.
Ensemble, ils sont capables de tout, même de faire voler les baleines... A suivre sur projet-k.fr


18mar. 2009

Un petit air de printemps et de dolce vita


Si je vous dit dolce vita, lambrusco, pizza et gelati ?

Et si je vous dit low cost, vacances et nananère ?

Alors là, vous me détestez (un peu), car je pars à Rome pour un week-end bien prolongé de 5 jours.

Aéroport de Baden-Baden en Allemagne, 50 euros le billet d'avion... ma que ce serait un crime de ne pas aller goûter la pasta !

Un petit B&B réservé sur le net en catastrophe, un guide acheté à la va vite et laissons libre place à l'improvisation. Rien ne vaut un week-end de fous rires entre copines déjantées pour rentrer dans le printemps en pleine forme !


Pour ceux qui restent à Strasbourg, ne ratez pas l'exposition de portraits du mythique studio Harcourt, que j'ai découvert par hasard au détour d'une rue du centre ville.

Quelques clichés originaux sont exposés et vendus à la galerie Riff Art Projects, 1b rue du Puits.

Et je vous assure que le coup d'oeil aux tarifs est presque aussi intéressant que la vingtaine de portraits noir et blanc de Laetitia Casta, Jean Reno, Marion Cotillard ou Carole Bouquet.
Ne tardez pas, l'expo n'est visible que jusqu'au 29 mars (du jeudi au lundi de 15h à 20h et le samedi de 10h à 12h30).

On se retrouve sur les terrasses des péniches à mon retour (on peut toujours rêver d'une météo clémente à Strasbourg, non ?)... Ciao a tutti !

27déc. 2008

Mystère


Je ne comprends pas pourquoi le père noël a oublié ce livre dans la hotte ;-)

Depuis sa création en 1892, la marque, telle une muse, a inspiré et influencé de nombreux artistes tel Andhy Warhol ; elle est aujourd'hui proche de l'univers de la mode : Rykiel, Cavalli... On retrouve dans ce livre donc une sélection de ces oeuvres et des citations de philosophes.

La première constante de Coca-Cola depuis sa création : une communication sans faille.
La deuxième constante depuis 1978 : une addict localisée à Strasbourg - et qui ne savait pas qu'elle était à ce point dans la mouvance artistique et culturelle !!


28nov. 2008

Belle alsacienne


Doisneau a sublimé l'Alsace, a apporté son regard romantique sur notre belle région. Et pour nous amener à le regarder avec un oeil attendri, il a photographié l'âme de cette contrée attachante ayant vécu bien des tourments.

A partir de ce week-end et jusqu'au 30 janvier, une soixantaine de clichés datant de l'été 1945 seront exposés à la Maison de la Région à Strasbourg. Est également disponible en librairie : Doisneau, le voyage en Alsace (Flammarion).

La dimension historique de l'exposition est forte puisqu'elle concerne une Alsace au sortir de la guerre. Mais Doisneau, photographe humaniste, a choisi de montrer une Alsace qui se relève et se rapproche du bonheur. A voir donc, pour une bouffée d'optimisme à l'accent alsacien.

21nov. 2008

St-art, foire d'art contemporain snobinarde ?

Une foire européenne d'art contemporain avec un prix d'entrée à 12 euros... ca cible plutôt bien la clientèle...

Alors, je vais peut-être dénoter avec mes entrées gratuites à St-art ce week-end... mais la culture n'a pas de prix, non ?
La foire a cependant créé un label "Low profile" pour proposer des talents émergents à des prix raisonnables... A voir...

Pour ceux qui n'aurait pas comme moi une copine dont la mère a un ami ayant eu des places par la cousine du collègue de son frère... sachez qu'il y a un salon "off" de St-art, le même week-end.
Ce salon alternatif, bâptisé Artside est gratuit et peut-être bien moins "convenu". Il se tiendra jusqu'à dimanche sur un site industriel épuré, dans le quartier de la Meinau.

Alors votre week-end : en mode snob ou pas snob ?

Pour les snobs :www.st-art.com

Pour les autres : www.salonartside.com

20nov. 2008

Konnichiwa

Strasbourg va vivre à l'heure de la Japanweek, du samedi 22 au jeudi 27 novembre. Vous allez avoir l'occasion de travailler votre prononciation du Konnichiwa, salut japonais, mais surtout de vous initier à leur culture.

Musique, théâtre, danse, cérémonie du thé, calligraphie, origami, composition florale, expositions, conférences, démonstrations d'arts martiaux, manga, danse du sabre : les prochains jours promettent d'être chargés.

Grande amatrice de thé, je ne raterai pas la dégustation où ustensiles et conversation font partie intégrante de la cérémonie offerte aux invités. L’association Shôwakai propose dimanche, lundi et mardi à la CCI des sessions de 30 minutes pour initier gratuitement le public.

Les manifestations de la semaine japonaise sont gratuites, ouvertes à tous publics et se dérouleront dans divers lieux de la ville : médiathèque, salle de Bourse, CCI, place Broglie, pavillon Joséphine...

Début des festivités en musique et danse samedi, place Broglie, avec entre autres, les tambours enfammés de Nita : 22 joueurs de taïko enflammant les foules.

Pour commencer votre initiation aux danses rituelles japonaises, choisissez plutôt la danse en kimono, plus sûre que la danse du sabre ! Sayonara !

Le programme complet est disponible ici.

17nov. 2008

Une fête à entrée libre

A partir d’aujourd’hui, pas d’excuses pour ne pas se cultiver un peu et s’ouvrir aux sciences. Non pas la science du hit-bag ni la science détaillée par nos manuels Elle ou Cosmo, mais la science tout court !
 
Ne fuyez pas : il y a en aura pour tous les styles goûts grâce aux différentes manifestations gratuites proposées dans le cadre de la Fête de la Science toute cette semaine.

A Strasbourg, les 21, 22 et 23/11, profitez-en pour aller au Vaisseau et vous réconcilier avec les mathématiques grâce aux jeux, défis, énigmes et échanges avec des scientifiques passionnés.
Le même week-end, sur le campus de l’Esplanade, vous ne saurez plus où donner de la tête parmi toutes les animations proposées : shows de bulles géantes et explosions à l’INSA, visite du jardin botanique, du planétarium et de la coupole de l’Observatoire, présentation du métier d’archéologue à la MISHA

Programme des festivités (dans toute la France du 14 au 23 novembre) à consulter sur www.fetedelascience.fr

- page 1 de 2